Ascension du col de Burdincurutcheta

En ce beau week end ensoleillé, une idée me trotte dans la tête : pourquoi ne pas profiter de ces belles conditions estivales pour gravir un col pyrénéen à vélo ? Cela fait plusieurs mois voire plusieures années que nous en parlons avec Cyril, mon fidèle compagnon d’aventures cyclotouristiques. En somme nous capables ? Est ce si difficile que ça ? Il n’y a qu’une seule façon de le savoir !

Quelques recherches sur Internet plus tard, notre chemin de croix est tout trouvé. Il s’élancera de St Jean le Vieux, sur dix kilomètres de faux plat montant, avant de serpenter sur dix kilomètres de mieux dans les versants boisés des Aldudes, jusqu’au col de Burdincurutcheta. Coïncidence frappante, Burdincurutcheta signifie « croix de fer » en basque…. Les différents palliers du dénivelé nous laisse songueur (voir ici), mais ce sera le col parfait pour se faire la main !

Rendez pris pour le dimanche matin, afin de profiter de la fraîcheur matinale … qui fût plutôt torride. A 10h cela cogne déjà pas mal, même si c’est encore largement supportable. Nous attaquons les premiers kilomètres à un rythme tranquille, histoire de s’échauffer et de profiter des superbes paysages de la région. Les questions s’entrechoquent dans nos têtes. Va t’on craquer au bout d’un kilomètre ? de deux ? Va t’on arriver jusqu’en haut ?

La fin de la première portion approche. La route se faufile au coeur de la vallée de Laurhibar, verdoyante et mystérieuse. A la fin de chaque virage, nous guettons le début de l’ascension en essayant d’en deviner le tracé, à la fois tout excités et pleins d’appréhension, tels deux chasseurs à la poursuite d’un gros gibier.

Ca y est, nous l’avons débusqué ! le cliquetis de nos dérailleurs retentit, l’ascension commence ! Nous grimpons à un rythme lent mais régulier, concentrés sur notre respiration. Rapidement la transpiration coule à flot, mais les jambes tiennent. Les premiers pourcentages sont assez redoutables, nous savons qu’il ne faut pas forcer le rythme et préserver notre régularité. Aprés une demi heure de lutte, nous terminons les quatre premiers kilomètres, les plus difficiles. Une halte de courte durée s’impose afin de manger un bout et recharger les batteries.

L’ascension reprend sur une portion plutôt tranquille (5%) qui nous permet de récupérer et de rouler à un rythme un peu plus soutenu. Puis les pourcentages oscillent entre 6 et 9%, nous avons du mal à trouver notre rythme : trop lentement et nous moulinons sans avancer, trop rapidement et nous nous épuisons à vue d’oeil. Cela continue comme ça jusqu’à la vue de la fin du col où nous nous lâchons en finissant par un sprint sur un faux plat montant à 2%. Ca y est, nous sommes en haut ! Un regain de fierté nous envahi, nous sommes tout heureux d’avoir réussi. Il nous aura fallu 1h15 pour monter ces dix kilomètres de col.

Nous en profitons pour pique niquer tranquillement en haut du col et admirer les lieux, avant d’attaquer la descente.

Nous dévalons la pente à fond les ballons, même si Cyril doit se contenir, il n’a plus de freins … Les épingles joueuses mais techniques se succèdent à une vitesse effrainée, pour rejoindre, quinze minutes plus tard, le fond de la vallée. Durant cette descente, j’aurais atteint la vitesse de 74,3km/h, les yeux remplis de larmes mais avec des sensations inoubliables.

Cette ascension fût superbe, moins difficile que ce que nous pensions, mais quand même physique et gourmande en énergie (il est important de prévoir de quoi manger en route). Nous sommes bien motivés pour de prochaines ascensions, sur plusieurs jours et avec les bagages cette fois ci.

Publicités

10 Responses to Ascension du col de Burdincurutcheta

  1. chrisounet dit :

    Excellent tout ça! 🙂 Ça donne envie de venir avec vous se tuer les jambes!! 😀 En septembre, si ça vous dit, chui partant !! 🙂

  2. chrisounet dit :

    Je suis aussi impressionné que tu ais pu atteindre presque 75 à l’heure avec un vélo qui n’est pas un de course !

  3. chrisounet dit :

    Et super les photos! on sent que le pays basque a chaud ! 😀

  4. remy dit :

    ça marche pour septembre !

    t’inquiète pas pour le record de vitesse, notre gidebo international en a gardé sous le pied (il n’avait pas du tout de frein), il va dépasser les 80 voir les 90 la prochaine fois 😉

  5. gidebo dit :

    très bel article remy, le lire ravive de très bons souvenirs de cette montée parfois tellement sadique….rhaaa, cette BIIIIP de portion à 14-15%, « Burdin m’a tuer » comme dirait l’autre

    mais c’est vrai, quel bonheur une fois arrivé en haut, et toujours ce regain d’énergie en voyant la fin du calvaire

    pour la descente, je conseille à tout le monde de descendre sans freins :p Voir une épingle approcher, les pieds sur le bitume pour freiner et malgré tout voir le compteur de vitesse augmenter, ca envoie une sacrée dose d’adrénaline 😀 (surtout quand il n’y a pas d’autre choix que de passer à gauche d’une voiture qui montait, parce que le virage était trop serré pour le prendre par l’intérieur :p)

    mais le record de remy, impressionnant quand meme !!! il a totalement explosé le précédent record conquis en Irlande, et ca sera dur de le rattraper sur ce coup là
    (mais pas impossible)
    (mais dur)
    (mais pas imossible)

  6. remy dit :

    héhé, grand moment aussi ce dépassement par la gauche, avec le p’tit coucou accrobatique aux passagers, comme si de rien n’était 😉

    tout record est fait pour être battu, je compte sur toi la prochaine fois ! (en toute sécurité bien sur).

  7. chrisounet dit :

    Chédéémalaadd 😛

    Battre 74 à l’heure en tout sécurité ??!! Euhh pourquoi pas! 😛

  8. michel forest dit :

    Bonjour à tous…un québécois qui l’a fait…avec sacoches avant-arrière, sac de guidon..et tout le tsouinsoin. Un des plus difficiles que j’aie effectué..Il pleuvait…Quelques vaches ici et la`..Du purin sur la route…le cuissard que pue…Un cheval écrasé sur le côté du chemin…Très difficile psychologiquement. Arrêté à Larreau.
    Content de savoir que d’autres ont ressenti ces feelings

  9. Portlock dit :

    Bonjour, est ce que les environs de Saint Pée sur Nivelle est un bon spot pour pratiquer du VTT?

  10. Pretty! This was an incredibly wonderful post.
    Thanks for providing this info. twitter affiliate marketing, www.
    dmaic-sp.com
    buy followers for cheap in addition to fast, Come on Enthusiasts to your profile.

    You can twitter followers by many dealers at very affordable rates.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :