De Kegen a Bishkek, visite du nord est du Kirghiztan

jeudi 4 juin 2009

Jour 1 – 23.05.2009

Apres quelques kilometres sur une piste defoncee mais tres agreable, ou l’on observe les chevaux en liberte gambadant dans les collines, nous arrivons au poste frontiere le plus a l’est, perdu au fin fond d’une vallee, et tant mieux ! Personne en vue, trop chouette ! Alors qu’on apprehende un peu l’eventuel fort probable racket des douaniers, ce coup ci le passage de frontiere se fait assez rapidement et sans encombre. Cote kazakh, pas de souci, cote kirghize, le douanier est grade, il se sent oblige de faire un peu de zele (ca doit s’apprendre a l’ecole internationale des douaniers …). Pour moi, francais, ok. Pour Leon, il ne sait pas lire la page de garde du passeport, dans la phrase « … Great Britain and Northern Ireland … », il ne voit que « Northern Ireland » et lui demande aussitot s’il est un terroriste. Parfois, la betise humaine fait vraiment peur tellement elle peut atteindre un niveau eleve. Enfin, il doit batailler 20 bonnes minutes pour lui faire comprendre qu’il est anglais. Avant de partir, le douanier insiste pour avoir un cadeau, il se prend un peu pour Dieu faut dire. Leon lui file une carte postale de Londres, il est tout content …

Nous voila enfin en terre kirghize ! Petit gouter en bord de prairie, on observe les chevaux. Certains ont les 2 pattes avant liees, ils courent pattes jointes, comme pour une course en sac, c’est surprenant. Ils peuvent faire plusieurs centaines de metres comme ca !

Apres midi sympa, cette region du kirghiztan est restee tres sauvage, faune et flore sont riches et variees, peu de personnes vivent ici. En chemin, on croise les allumes de Beverly Hills (petit clin d’oeil a Yannick 😉 ), qui demenage leur caravane en forme de wagon de train sur roues. Convoi original !

Les allumes de Beverly Hills !

Les allumes de Beverly Hills !

Ca demenage !

Ca demenage !

En fin d’apres midi, premier checkpoint policier, on va entrer dans la reserve naturelle d’Issy Kul. On papote amicalement avec les policiers qui nous demande finalement de payer 500 som (10 euro) de droit d’entree. Quand meme intrigues, nous demandons un papier officiel avec les prix affiches. Un des policiers nous montre un papier en cyrillique, avec quelques montants ecrits (100, 250 et 500 som, monnaie kirghize). Nous faisons semblant de ne pas avoir de liquide sur nous et de vouloir appeler quelques part pour avoir la confirmation de ce droit d’entree. Puis je fais mine de comprendre un peu le cyrillique et montre le 100 som (2 euro). Un des policiers me dit que 100 c’est pour les velos et 500 pour les voitures. Alors pourquoi nous demander de payer 500 ? Genes qu’on est decouvert leur supercherie, les policiers nous raccompagnent dehors, levent la barriere et nous souhaitent bon voyage, tout sourire. Bien evidemment, il n’y a aucun droit de passage sur cette route. Bande de salopards cupides !

Content de ne pas s’etre fait avoir, on reprend la route pour trouver un bel endroit pour camper, juste en bord de riviere, ideal pour se laver. J’ai bien peur que beaucoup de policiers soient corrompus jusqu’a la moelle dans ces pays d’Asie Centrale …

Jour 2 – 24.05.2009

On reprend la piste defoncee en direction du lac Issy Kul, apres avoir bien traine a papoter et boire le cafe devant la tente. Bonne allure, on croise pas mal de troupeaux de vaches ou moutons, accompagnes par des cavaliers kirghize plutot accueillants.

Apres une vingtaine de km, on arrive a Chong Tash, premier hameau depuis notre entree au Kirghiztan. On demande a 3 bonhommes s il y a un cafe pour manger. Rapidement, quelques personnes s’approchent pour voir qui sont ces etrangers etranges qui voyagent a velo. Un des gars veut nous montrer le cafe et venir boire un verre de vodka avec ses amis pendant qu on mange. On avance doucement, pas mal de gamins arrivent en courant, tous excites, et viennent nous serrer la main. C’est trop rigolo ! Un des plus petit essai de me rattraper en courant, c’est trop mignon de voir ses petites jambes bouger a un rythme effrene pour essayer de suivre le rythme du velo. Ils rigolent, ca fait plaisir a voir, depuis l entree en Asie Centrale, je trouve les gens, certes accueillants, mais peu souriants, ambiance etrange. Depuis le tout debut de l’aventure, les enfants et les femmes auront ete les personnes les plus agreables et joyeuses que j ai rencontre.

Voila comment les enfants font du velo ici. Pas bete !

Voila comment les enfants font du velo ici. Pas bete !

Devant le magasin, on rencontre un jeune homme qui parle un peu anglais et francais mais notre discution est vite interrompue par le leader des 3 gars. J’apprecie pas trop son comportement presse, je vois bien qu’il veut son verre de vodka et rien d’autre. En partant, le jeune gars nous lance un « attention », puis une vieille dame vient nous dire que l’on peut acheter du pain juste a cote. Je comprends que le leader du groupe est en fait un sale type du village, et qu’il faut s’en mefier. Il se fout en rogne aupres de la vieille femme et j’aime vraiment pas ca alors je lui dit de rester cool et je vais acheter du pain et du chocolat dans le magasin d’a cote. il n’apprecie pas mais je m’en fous. Alors que je m’apprete a partir, il demande a Leon 100 tengue (50 centimes d’euro) pour s’acheter une bouteille de vodka avec ses amis (ici la vodka est moins chere que le coca mais elle fait plus de degats …). Leon donne ce qui lui reste, soit 80 tengue, puis le leader vient me demander le reste. Hors de question que je te donne le moindre tengue mon gars ! Encore plus en rogne apres moi, il serre la main de Leon puis me fait signe que je suis un sale type. He oui, c’est la vie !

On reprend la route pour manger notre pain plus loin. Pas mal de « salam » et quelques bras d’honneur le long du chemin, contraste etonnant …  On rejoint le goudron puis une petite bourgade ou l’on peut manger dans un cafe alors qu’il est ferme. Encore un bon accueil des kirghizes.

Superbes paysages et Lada, c'est ca le Kirghiztan ;-)

Superbes paysages et Lada, c'est ca le Kirghiztan 😉

On debarque a Karakol vers 16h et on s’installe dans une guesthouse que Leon connait, accueilli par Serguei, un vieux russe vraiment sympa avec les yeux qui petillent (pas la simple sympathie du commercant), et Valentine, un pseudo guide aimant l’argent qui a construit quelques bains chauds naturel en montagne. On papote un peu autour de quelques photos.

On reste un jour a Karacol, le ciel ayant decide aujourd’hui de nous accorder un peu de repos.

Jour 4 – 26.05.2009

Petit dej bien copieux prepare par le gentil Sergei puis on decolle sur la route du lac Issy Kul. Route pas si dangereuse que ca contrairement a ce que j’avais lu, et vraiment sympa. Il fait grand beau, on arrive assez vite tout pres du lac Issy Kul,  le paradis. Un beau lac d’un bleu intense, avec en fond, une tres longue chaine de montagne enneigee. On s’arrete tout le temps pour faire des photos !

Lac Issy Kul (au fond, ce sont des montagnes, pas des nuages)

Lac Issy Kul (au fond, ce sont des montagnes, pas des nuages)

On a connu pire comme route :-)

On a connu pire comme route 🙂

Pas mal de gens sympas qui nous font coucou, surtout les enfants toujours surexcites. Encore un autre gars, un ado, qui nous fait un doigt d’honneur mais qui se barre en courant quand on freine et qu’on fait demi tour. Quel courage ! Un autre nous lance des cailloux mais il avait l’air desequilibre mentalement. Enfin, dans l’ensemble les gens sont accueillants.

En fin de journee, alors qu’on cherche une petite route qui devrait nous amener dans la montagne pour couper et rejoindre le lac Song Kol, nous vient l’idee de nous poser juste derriere une petite falaise, et donc au bord du lac. Bivouac de reve, un des plus beaux que j’ai eu le plaisir de faire. Ca m’a rappele un bivouac irlandais, a Rossbeigh, mais sans les dauphins 😉

Bivouac a Issy Kul ...

Bivouac a Issy Kul ...

Ciiii Kool !

Ciiii Kool !

Et je dirais meme plus ... ciiii vraiment kool !

Et je dirais meme plus ... ciiii vraiment kool !

Jour 5 – 27.05.2009

Pfiou, c’est tellement superbe comme coin de bivouac, qu’on hesite a rester ici un jour a rien faire, juste a observer. Mais il n’y a pas du tout d’ombre et la journee menace d’etre bien chaude. On plie bagage avec quelques regrets puis on reprend la route, a la recherche du passage vers les montagnes … Pas facile a trouver ! On roule, on roule, sans rien trouver. Arrives trop loin, on demande mais personne pour nous indiquer le chemin plus precisemment que notre carte … Tant pis, on continue sur la route principale, tellement agreable. Pourquoi aller sur des pistes defoncees en pleine montagne ?

On longe Issy Kul toute la journee, en traversant un coin plutot aride, avec pas mal de collines sculptees type canyon. Ce melange entre aridite, bleu intense du lac, sommets enneiges et herbes verdoyantes est merveilleux. Peut etre le plus beau coin que j’ai traverse a velo ! On rencontre pas mal de jeunes, quelques uns parlent anglais, connaissent des films ou acteurs francais (gerard depardieu, jean reno, taxi, luc besson), ca me sidere que dans un village de 3 maisons, perdu dans la campagne kirghize on connaissent ca !

Kirghizes cinephiles ;-)

Kirghizes cinephiles 😉

He Leon, t'as pas les memes a la maison !

He Leon, t'as pas les memes a la maison !

Passage canyonesque et femmes kirghizes

Passage canyonesque et femmes kirghizes

Meme si on pouvait arriver a la prochaine « grande » ville, au bout du lac, on a prefere s’arreter avant pour un nouveau bivouac au bord du lac. Paysages lunaires. Le sol est tout blanc, comme recouvert de neige, on arrive pas a deviner ce que c’est. Ca inquiete Leon mais je me dit que si les chevaux viennent brouter l’herbe ici, ca ne peut pas etre nocif pour nous. J’ai vraiment l’impression d’etre a la mer ici. On voit des mouettes, des coquillages par milliers, l’odeur typique de la cote vient nous chatouiller les narines, etc … Etrange ! Peut etre que ce blanc qui recouvre le sol est tout betement du sel. Dans tous les cas, c’est encore un fantastique bivouac ! Je me souviendrais longtemps de ce lac Issy Kul !

Bivouac sur la lune

Bivouac sur la lune

Issy Kul

Issy Kul

Coquillages

Coquillages

Parfois on reverait d'etre un cheval kirghize

Parfois on reverait d'etre un cheval kirghize

Jour 6 – 28.05.2009

En route vers Balichi, prochaine grosse ville, cote ouest du lac. Aujourd’hui comme hier, j’ai une peche d’enfer ! C’est depuis que je me suis mis a manger des amandes, ca m’avait fait la meme reaction en rando. Sur le chemin, on rencontre un berger qui vient papoter. Au milieu de la conversation il nous parle de Jacques Chirac et de Gordon Brown, on est scies !

A Balichi, c’est tellement le bordel qu’on s’arrete juste manger un morceau (goulash, lagman) sans passer sur internet. Apres manger, on demande notre chemin a un jeune pecheur qui vend ses truites fumees en bord de route. Ca m’aurait bien tente d’en prendre mais pas evident a transporter. Surement a Song Kol. Toujours est t’il qu’il nous indique une route qui me surprend, etant persuade qu’il faut revenir un peu sur nos pas pour rejoindre une bifurcation que l’on a vu dans la matinee. Leon n’est pas de cet avis donc je me fie aux indications du gars du coin. On roule 8 km, descente vent dans le dos, un vrai bonheur ! Puis on arrive pres d’un hameau qui, sur la carte, se trouve sur la route de Bishkek … Demi tour, montee vent de face, moins rigolo d’un coup … Leon s’enerve, ca lui donne un coup de boost. J’ai un peu peur qu’il aille casser la gueule au jeune pecheur mais non, il vient juste lui faire remarquer que c’est pas la bonne route. On continue de revenir en arriere jusqu’a la bifurcation du matin ou l’on continue tout droit.

Une des rares yourtes apercues pour le moment

Une des rares yourtes apercues pour le moment

Ca y est, c’est la bonne route ! Elle serpente au coeur de montagnes rouges orangees, tres agreable. Le tarmac est en bon etat, on file a toute allure, jusqu’a tomber sur un autre lac, toujours magnifique. Ca en devient difficile de trouver des mots pour decrire toutes ces belles choses.

Jamais les memes decors, le reve !

Jamais les memes decors, le reve !

Que dire de plus ?

Que dire de plus ?

On roule jusqu’en fin d’apres midi et on campe pres d’une riviere alors que le vent de face s’etait leve et s’est nourrit de nos dernieres forces … Pfiou, bonne journee encore ! Demain  on devrait rejoindre notre havre de paix pour une journee de repos : Song Kol !

Jour 7 – 29.05.2009

Pendant qu’on decampe, quelques vaches puis des chevaux, moins temeraires, viennent brouter un peu d’herbe fraiche juste devant nous. On reste pas mal de temps a les observer puis on attaque la route jusqu’a Sary Bulak. Route tranquille mais qui grimpe, qques voitures passent trop vite mais dans l’ensemble ca va. Il fait tres chaud aujourd’hui, un temps orageux. Sary Bulak est un hameau paume, original car quelques maisons ont ete emmenagees dans les wagons d’un train. Curieux.

Qques provisions en poche, nous empruntons la piste qui mene 50 km plus loin au lac Song Kol. Quelques centaines de metres bien raide (autour de 10%) nous font craindre une longue et rude apres midi mais juste derriere, ca descend de folie et remonte gentillement, sur une piste relativement correcte, avec quelques passages de toles ondulees mais qu’on peut eviter.

Pas une seule voiture ne passe ici, le bonheur ! La campagne kirghize avec ses troupeaux, ses cavaliers hors pair, ses sublimes montagnes verdoyante et surtout ces gens tres accueillant. Alors que nous ne sommes plus qu’a 20 km du lac, plusieurs personnes nous disent que la route est bouchee, il y a plus d’un metre de neige en haut du col. Arf, on s’arrete demander confirmation dans une maison en bas du vrai debut de l’ascension. Effectivement, toutes les routes qui partent dans cette partie du Kirghiztan sont bouchees par la neige … On est invite a l’interieur de la maison, a boire du the au lait (chai molokom), manger du pain, du yaourt tout frais et bien sur, trinquer avec de la vodka. Pfiou, leurs verres sont grands … Super accueil, on reste 1h30 a tenter de papoter, a rigoler. Des qu’on finit quelques choses on nous ressert aussitot, accueilli comme des rois. Meme Morchebek, petit gamin de 5-6 ans, n’arrete pas de me donner des trucs et me mets meme du pain a la bouche en cas que je creve de faim ! Trop chou ce p’tit Morchebek ! Avant le depart, seance photos. Ils me donnent leur adresse pour que je leur envoi les photos de Bishkek.

Route tranquille vers le lac Song Kol

Route tranquille vers le lac Song Kol

Les eleveurs de yaks qui nous ont si gentillement accueillis

Les eleveurs de yaks qui nous ont si gentillement accueillis

Capt'aine Morchebek ! Au rapport ! ;-)

Capt'aine Morchebek ! Au rapport ! 😉

On decide de quand meme monter jusqu’ou on peut, quitte a marcher un peu pour au moins apercevoir le lac. On devra probablement faire demi-tour apres ca, debut juin c’est trop tot pour venir dans cette region. On roule une demi heure de plus, le col monte a 10% et avec les 2 gros verres de vodka dans le cornet, c’est tres rude ! A 4 km/h, les jambes qui tremblent de fatigue, on s’arrete pour camper. Encore un bivouac de reve en pleine nature. J’aime beaucoup ce pays !

Un bon coin pour faire dodo

Un bon coin pour faire dodo

mais attention ou vous mettes les pieds ...

mais attention ou vous mettes les pieds ...

Ca pique !!!

Ca pique !!!

Jour 8 – 30.05.2009

Superbe nuit mais j’ai un peu la flemme d’attaquer l’ascension sachant qu’on risque d’etre bloques … Alors qu’on dejeune frugalement (pain et eau), un eleveur de chevaux vient nous saluer, conduisant son troupeau au lac pour passer de l’autre cote vers Naryn.

En avant pour une heure d’ascension a 4km/h. Pfiou, c’est dur. La terre, rendue humide par la fonte des neiges, colle aux pneus. Au bout d’une heure, premier obstacle. Des langues de neige debordent sur la route, on doit les traverser en poussant les velos et en s’enfoncant jusqu’aux genoux … Apres la seconde, je dis stop, montons a pied, au ira bien plus vite. Si on voit que la route est degagee il sera toujours temps de grimper dans l’apres midi et au pire, ca nous fera une belle rando. On laisse donc les velos contre un rocher, sans trop de crainte vu que personne ne monte ici en cette saison.

montee vers Song Kol

montee vers Song Kol

Pfiou, ca grimpe !

Pfiou, ca grimpe !

Ca faisait longtemps que je n’avais pas marche en montagne, ca fait trop de bien ! On arrive assez vite au bout de la route, elle est definitivement impraticable, elle a disparu sous la neige. On apercoit quand meme le col, pas tres loin a pied, alors on continue. On rejoint les 2 cavaliers et leurs troupeaux de vaches, moutons et chevaux. Le cavalier de ce matin, se tue a la tache, essayant tant bien que mal de faire grimper les chevaux sur un fin sentier enneige. Les premiers prennent peur et essaient de rebrousser chemin en partant dans la pente. Mauvaise idee, ils se retrouvent avec de la neige jusqu’au garot, obliges de faire d’enormes bonds pour se sortir de ce guepier. On craint que certains se blessent, ils henissent de plus en plus, ne sachant plus quoi faire pour retrouver la terre. L’eleveur court dans tous les sens pour gerer son troupeau, il ne chome pas. Il se jette dans la neige, s’enfonce pratiquement jusqu’au torse, pousse ses chevaux pour les aider. Quelle depense d’energie ! Finalement, il decide de rebrousser chemin.

Allez y poussez, poussez !

Allez y poussez, poussez !

Leon, vite ! J'ai peur !

Leon, vite ! J'ai peur !

Degringolade hippique epique, qui pique ?

Degringolade hippique epique, qui pique ?

Une fois que tous les chevaux ont regagnes la terre, on s’elance sur ce petit sentier. Rapidement, les chaussures sont trempees mais ca grimpe facile. Arrives au sommet, on apercoit le lac ! Trop content ! On continue quelques kilometres sur le plateau pour le voir d’un peu plus pres et faire quelques photos. La route est degagee sur le plateau mais impossible d’amener les velos jusqu’ici …

Dernier sentier avant Song Kol

Dernier sentier avant Song Kol

Au fond le lac encore gele

Au fond le lac encore gele

Sur le chemin du retour, on retrouve notre cavalier qui a reussi a faire passer les vaches, mais l’une d’elle s’est coincee dans la neige. Il nous demande de l’aider, Leon tire par la queue, le cavalier et moi chacun par une corne. On la traine sur 5 metres dans la neige et zou, elle se redresse et rejoint ses copines. Le cavalier est extenue, on lui file de l’eau et du pain pour qu’il recupere.

Euh ? des meuh !

Euh ? des meuh !

Un pingouin rouge rencontre des vaches

Un pingouin rouge rencontre des vaches

Il insiste plusieurs fois pour qu’on passe avec les velos et qu’on vienne dormir dans sa yourte au bord du lac. C’est pas loin mais vraiment trop difficile et dangereux de passer avec les velos. Il est decu, nous aussi, nos chemins se separent, nous lui souhaitons bonne chance pour faire traverser les moutons et les chevaux. Il semble confiant.

Il n’est que midi lorsqu’on rejoint les velos, on a encore le temps de pedaler un peu. Au lieu de reprendre la route et les langues de neige, on coupe a travers prairie, rivieres et rochers. Sensations garanties ! J’arrive en bas les chaussures remplies d’eau apres avoir traverse 3 rivieres, mais content d’etre passe par la, c’etait rigolo. Surtout que je me suis retrouve nez a nez avec une marmotte ! Elle a du me prendre pour un cheval, elle a reagit quand j’etais a 2m d’elle. J’ai pu rester un peu a la regarder et la prendre en photo.

Une marmotte ! Mais pas de chocolat ...

Une marmotte ! Mais pas de chocolat ...

Gaffe Leon, je saute ! ... Ploooouf ... arf, trop court :P

Gaffe Leon, je saute ! ... Ploooouf ... arf, trop court 😛

Juste le temps de se secher, nettoyer un peu les pieds et on devale la route a toute vitesse  jusqu’a Sary Bulak, 30 km plus loin. L’occasion de manger un peu (depuis ce matin, on se nourrit au pain et a l’eau …), ca fait trop de bien ! On se pose quelques km plus loin pour camper, bien fatigues de cette journee riche en aventure ! On reve de journee comme ca ! Mais pas tous les jours quand meme :p

Finalement, on rebrousse chemin jusqu’a Balichi pour prendre la route de Bishkek. Se fut un long detour pour voir ce fameux lac, mais ca valait le coup.

Jour 9 – 31.05.2009

Debut en fanfare, 50 km de faux plat descendant, tranquillou pour commencer la journee. On s’arrete manger au meme cafe qu’a l’aller, c’etait bon, pourquoi changer ? On rejoint le premier lac pour emprunter cette fois ci, le raccourci montagneux qui nous fait economiser 25 km. Ca ne monte pas si mechamment que ca mais il fait bien chaud, temps orageux. 10 km de montee puis 16 de descente, j’aime ce ratio !

Encore un superbe lac vu du col

Encore un superbe lac vu du col

De retour sur la route de Bishkek, il est 14h, l’heure de manger. 1h de pause dans un cafe au design moderne pour le kirghiztan puis on continue notre chemin sur un axe important, ou gros connard se font bien plaisir a rouler vite, a nous froler et a klaxonner comme des abrutis. J’aime les humains … Parfois je reve d’une cabane perdue au fin fond d’un territoire immense, un peu comme celle de Nicolas Vannier au Canada, a 10 jours de marche du premier humain, histoire d’etre un peu preserve de leur connerie sans limite. Plus les mois passent plus je me rends compte que le contact avec les autres humains, meme s’il est parfois tres interessant et appreciable, n’est pas ce qui me plait le plus dans ce voyage. Je pense pouvoir facilement passer plusieurs jours et meme semaines sans croiser personne, du moment que la Nature est riche. Quoi de plus fantastique que de rester a contempler de beaux paysages, des chevaux qui gambadent, des vaches qui cherchent de bonnes herbes, etc … C’est souvent plus enrichissant qu’une rencontre, contrairement a ce que pense l’etre humain, animal si superieur aux autres qu’il en oublie son origine. Et puis dans ce genre de voyage, d’ou vient le danger ? Qui vous rentre dedans en voiture, qui vient vous extorquer de l’argent, qui vient vous emmerder en pleine nuit dans la tente ? Faut pas chercher bien loin, comme dirait … l’Homme est un loup pour l’Homme.

Bref, ca descend toujours malgre le vent de face, donc ce n’est pas bien difficile mais penible. Apres 117 km, voila l’heure de trouver un coin pour camper. On se pose le long d’une riviere, apres avoir traverse un champ de coquelicot, bouton d’or et petites fleurs bleutees. De quoi oublier cette fin de journee enervante.

De quoi faire de beaux reves :-)

De quoi faire de beaux reves 🙂

Jour 10 – 01.06.2009

Tiens donc, en me levant ce matin, j’ai l’impression que l’eau a avance d’un bon metre cinquante vers ma tente pendant la nuit, si bien que j’ai presque les pieds dans l’eau. Mon impression est confirmee par Leon qui se pose la meme question. L’etape d’aujourd’hui ne restera pas dans les annales, c’est tout droit, tout plat, sur une longue route sans interet. Ces etapes font parties du voyage. Les 2 premieres heures, on tient un bon 33 km/h de moyenne, les km defilent vite sur le compteur. Puis on a un petit coup de fatigue mais on arrive quand meme a faire les 100 premiers km en moins de 4h (3h45, nouveau record). Les 20 derniers kms sont assez epouvantables, la pluie tombe drue, le vent nous malmene dans tous les sens et les voitures, pressees de rentrer au chaud (meme si leurs passagers sont bien a l’abri …), roulent d’autant plus vite et klaxonne des qu’un maudit velo les gene. C’est vrai quoi, qu’est ce qu’ils foutent ces cons de touristes avec leur velo sous la pluie, ils nous bloquent la route !

A Bishkek, on bataille ferme pour trouver la guesthouse reperee sur le lonely planet de Stuart a Almaty. On repere bien la station de bus mais impossible de trouver la guesthouse 100m a cote d’apres le plan … On s’arrete dans un cybercafe pour trouver plus d’info, le gerant nous aide gentillement a trouver le chemin meme si Leon, enerve et trempe jusqu’au os, n’est pas vraiment aimable avec lui … En fait, la station qu’on a repere est celle des bus longues distances. Celle qu’on cherche est a l’oppose de la ville, 5 km avant, on a du y passer devant sans la voir. On revient donc a l’entree de la ville et on trouve facilement la guesthouse, perdue dans un quartier aux ruelles en terre. Elle est toute neuve, douche super chaude, trop bon ! L’une de mes meilleures douches de ma vie apres 6 jours de bivouac et 2h sous la pluie 😀

10 jours superbes a travers le nord est du Kirghiztan, j’ai deja envie d’y revenir 🙂 Des vendredi, direction le sud du Kirghiztan pour rejoindre mi juin, la route des Pamirs au Tajikistan. Encore de belles semaines en perspective !

A Bientot ! (probablement dans au moins 1 mois et demi, Internet est une denree rare ici :p).

Publicités

Quelques jours au Kazakhstan

jeudi 4 juin 2009

Me voici deja au Kirghiztan, sans avoir pris le temps de vous parler de cette escapade imprevue au Kazakhstan ! Apres coup, j ai un avis plutot mitige sur ce pays, mais comme un voyage est forcement fait de bon et de moins bon (quoiqu’en disent certains voyageurs pour qui tout est fabuleux), je vais vous parler des deux.

Apres de longues hesitations et changements de plan, j’ai finalement decide de passer assez rapidement au Kazakhstan pour faire mes visas pour l’Asie Centrale, au lieu d’aller a Pekin prendre un bol d’air monoxyde. Ce pays est immense, l’un des neuf plus grand du monde il me semble. Je n ai pas l’intention d’en parcourir la totalite, juste de faire une petite boucle de 800km, en passant par Almaty, plus grande ville et ancienne capitale, pour revenir vers l’est et entrer au Kirghiztan par un poste frontiere perdu au fin fond d’une vallee sauvage, tout pres du fameux lac kirghize Issy Kul.

Hors Almaty et sa peripherie, le Kazakhstan nous offre des paysages fantastiques. De la steppe a perte de vue (comme dirait Leon, « what’s that fuckin’ country ? Only grass everywhere ! :D), cernees au loin par de hautes chaines de montagnes aux sommets encore enneiges, des chevaux en totale liberte qui gambadent a fiere allure et des lignes droites monstrueusement longues dont on ne voit jamais la fin (a cote, on est tres court dans les Landes !). On pourrait croire que ce genre d’ambiance est vite lassante par sa monotonie, mais non, pas pour quelques jours. J’adore parcourir ces steppes infinies, je prends un peu plus conscience de l’immensite de notre monde et des millions de choses a decouvrir. Puis je me sens comme ces chevaux, en totale liberte ! Durant les 450 km pour rejoindre Almaty, peu de villages viendront interrompre cette chevauchee, et ce fut toujours l’occasion de rencontrer des gens gentils et accueillants (mais plutot moroses et rarement souriants, paradoxe etonnant …), qui n’ont pas peur de venir discuter en prenant le temps de reformuler leurs phrases en russe pour qu’on arrive a en deviner le sens. Les villages sont exactement comme je me l’imaginais : tres triste, fait de quelques vieux batiments austeres datant de l’epoque sovietique, donc tout carre sans aucune fantaisie. On y verra nos premieres lada, ambiance d’un autre temps, on y degustera de succulentes shashlik (brochettes de mouton) et des assiettes de pates aux legumes et mouton revigorantes, on nous donnera plusieurs fois quelques provisions le long de la route, pour les bivouacs ou juste pour picorer au coeur de la steppe. Cette entree en Asie Centrale me laissera bon nombre de bons souvenirs meme si l’ambiance est assez etrange, plus pesante qu’en Asie du Sud Est.

Velociped Kapout ? Da da !

Velociped Kapout ? Da da !

Les bad boys de Soriozek :-)

Les bad boys de Soriozek 🙂

Entree au Kazakhstan

Entree au Kazakhstan

en Asie Centrale, toutes les cotes sont a 12% !

en Asie Centrale, toutes les cotes sont a 12% !

Pfiou, qu'est ce qu'on va prendre encore !

Pfiou, qu'est ce qu'on va prendre encore !

Mais par chance, on est tombe sur le seul pont a 300 km a la ronde, pour s'abriter ! Sacres veinards :D

Mais par chance, on est tombe sur le seul pont a 300 km a la ronde, pour s'abriter ! Sacres veinards 😀

Apres la pluie, le beau temps !

Apres la pluie, le beau temps !

cimetiere musulman

cimetiere musulman

Le paradis des chevaux

Le paradis des chevaux

Waouh, c'est long !

Waouh, c'est long !

A la recherche du camping sauvage ...

A la recherche du camping sauvage ...

trouve !

trouve !

Notre nouveau pote Kanat, a droite

Notre nouveau pote Kanat, a droite

Au milieu des rares collines kazakh

Au milieu des rares collines kazakh

amateurs de vodka - 20cl cul sec a 9h du mat', ca donne ca !

amateurs de vodka - 20cl cul sec a 9h du mat', ca donne ca !

He Leon, je vois la ville au fond !!! .... ah non ...

He Leon, je vois la ville au fond !!! .... ah non ...

Puis nous somme arrives a Almaty, ville relativement recente, tres occidentalisee, avec ses innombrables boutiques de luxe, peuplee de jeunes russes friques qui aiment a exhibiter leur fortune a travers leur voiture et de filles canon qui se trimballent a moitie a poil, a la mode Paris Hilton (Bon, ca encore, ca nous a pas deplu :D). On se demande meme s’il n’y a pas une selection des habitants tellement cette ville est differente du Kazakhstan que l’on a vu jusqu’a present ! On se croierait a Beverly Hills !

Tout y est tres cher (voila surement la selection …), on passe beaucoup de temps a trouver un hotel a prix correct (pour la plupart, il faut compter 100$ la nuit). En fin de journee, on trouve un dortoir de 4 lits dans un immeuble miteux, comme on en voit dans les films de gangster. Je monte au premier etage demander le prix pendant que Leon surveille les velos. Je suis accueilli par une vieille femme russe, pas du tout aimable mais qui bredouille quelques mots de francais, a ma plus grande surprise. 1000 Tengue le lit, soit 5 euros. Impeccable ! Quand je remonte avec Leon, le prix passe a 2000 Tengue a cause des velos, on doit payer pour les 4 lits, 2 personnes et 2 velos et donc avoir le dortoir pour nous tout seul … Elle refuse qu’on laisse les velos hors de la chambre car il n’y a soit disant pas la place (on a bien vu qu’elle voulait du pognon, c’est pas la place qui manque …). On est fatigues, on accepte et on s’installe. Je sais pas pourquoi, je sens que je vais adorer cette ville !

On s’est pas mal balade a pied ou a velo, les gens font tous la gueule, on dirait qu’on les fait chier quand on vient dans leur boutique acheter de quoi manger, ils roulent comme des fous sur les boulevards, sans aucune consideration pour les pietons ou velos …

Comme prevu, on fait nos demandes de visa (uniquement pour le kirghiztan pour moi, je ne veux pas rester ici 15 jours !) puis on attend que ca se fasse. On en profite pour s’enregistrer aupres de l’OVIR, la police d’immigration, procedure qui doit normalement etre faite dans les 5 jours qui suivent l’entree dans le pays, jours feries, de fermeture et week ends inclus. Autant dire qu’en rentrant un mardi apres midi, cela ne laisse pas beaucoup le choix sachant que l’OVIR est ferme le jeudi, les week end et les apres midi. Le jour de l’enregistrement, on a 3 jours de retard. On a beau explique qu’on voyage a velo, que c’est pas simple d’etre au bon endroit au bon moment, on doit payer une amende de … 90 euros chacun ! J’en ai envie de vomir de degout … On a pas le choix, ce sera pire si on va jusqu’a la frontiere sans etre enregistres …

Heureusement, on rencontre d’autres touristes super sympas, 1 australien, 2 australiennes, 1 anglais et 1 francais, avec qui on passe de bons moments. Notamment une soiree un peu trop arrose a la vodka, mais on a rencontre un groupe de russes et a chaque fois que l’un d’eux portait un toast, son speech etait tellement serieux qu’il etait difficile de dire non … Finalement, on est rentre tant bien que mal sous la pluie avec Leon, sans souci, alors qu’un des australiens s’est fait aggresse assez violemment et piquer son sac avec appareil photo, carte visa, etc …

La veille du depart, alors que je revenais de faire quelques courses pour le repas du soir, je suis aimablement accueilli par la soeur de la gerante, qui me dit uniquement « Argent ! », avec le regard du pitbull qui s’apprete a vous devorer. Sympa ! Je pose mes affaires, je descend a l’accueil et la j’explose. Je lui dit qu’elle a pas a gueuler comme une truie, qu’elle pourrait au moins dire bonjour. Faut pas deconner, ca fait 4 jours qu’on est ici, qu on paie 2 fois le prix juste parce qu’on a des velos et qu’on ne demande rien a personne, elle a pas a nous prendre pour des vaches a lait ! Ca lui plait pas, elle gueule encore plus fort, en russe bien sur … Je lui demande si elle parle francais ou anglais vu que je ne comprend absolument rien a ce qu’elle dit, meme si je devine que c est pas gentil et qu elle veut encore des sous. Elle me sort qu’ici on ne parle que russe et kazakh, qu on a qu’a apprendre le russe ou le kazakh !

Entre temps, Stuart, l’anglais, s’est installe dans notre chambre, et utilise un 3eme lit. Par consequent, je ne veux plus payer 4000 pour les 4 lits, donc je demande a payer 2000 pour 2 lits. Elle dit ok. Cool ! Je file naivement un billet de 5000 Tengue (le seul que j ai), elle le met a la poche et veut monter voir dans la chambre. On monte, elle voit les velos et se fout a gueuler en disant qu’on doit payer 4000. Je me met aussi au gueuler, j’ai envie de l envoyer valser a travers la fenetre, enerve de m etre fait berner aussi facilement … Puis tout d’un coup, elle pete un cable, on doit mettre nos velos hors de l hotel ! Pas question ! Je lui dit de retourner a l accueil pour appeler sa soeur. J explique calmement mais pendant de longues minutes la situation au telephone. La soeur fait la betasse pour grapiller du pognon mais au bout d’un moment elle est obligee de reconnaitre que j’ai raison. On ne paie que 3000 ! Ouf ! Sorciere ! (j’avoue que ce n’ai pas le mot que j’ai employe mais il est plus politiquement correct pour un blog :D) Enfin ca ne l empeche pas de me dire encore quelques mots doux avant que je reparte … Je n’avais jamais vu de ma vie 2 personnes aussi cupides et mechantes, que c est triste !

Le lendemain en partant, on a droit a un dernier petit mot de la sorciere qui nous saute dessus pour qu on rende la cle, sauf que Stuart reste et donc garde la cle ! Je me prive pas de me foutre d elle, de lui faire des grimaces, de lui dire « Argent ! Argent ! » en etant mort de rire … Elle est encore plus furax que la veille ! Grrr, c est pas sympa mais ca me fait du bien ! Adieu sorciere et va pourrir avec tes tengues dans ta piaule !

Enfin le depart d’Almaty, Hourra !

En 3 jours, nous rejoignons la frontiere Kirghize, un peu presse par l’expiration du visa de Leon. De nouveau de superbes paysages, ambiance tres sauvage vers la fin, on se regale ! Tout au long du trajet, on aura croise pas mal d’alcooliques, n’ayons pas peur du mot. Des gars qui font cul sec avec des verres de 20cl de vodka a 9h du mat’ pour le petit dej, d’autres, beaucoup plus dangereux, qui se sentent obliges de s’arreter sur la bas cote de la route pour se siffler 2-3 verres avant de continuer a rouler, ici, tous les gars picolent a longueur de journee, c’est plutot glauque et peu rassurant sur la route …

Seance photo au cafe de Shelek

Seance photo au cafe de Shelek

Les noces auront lieu au mois de septembre :D

Les noces auront lieu au mois de septembre 😀

On approche du Kirghiztan, ca grimpe !

On approche du Kirghiztan, ca grimpe !

Elle est pas mignonne cette famille cheval ?

Elle est pas mignonne cette famille cheval ?

Canyon

Canyon

Canyon

Canyon

Les montagnes se suivent mais ne se ressemble pas, chouette !

Les montagnes se suivent mais ne se ressemblent pas, chouette !

Into the wild - pas de trace de supertramp ;-)

Into the wild - pas de trace de supertramp 😉

A la porte du Kirghiztan ! youhou !

A la porte du Kirghiztan ! youhou !

Je ne pense pas revenir un jour au Kazakhstan. Pas uniquement a cause de ce sejour a Almaty, je pourrais tres bien eviter cette ville, mais surtout a cause de cette bureaucratie pourrie jusqu’a la moelle, de cette ambiance particuliere ou l’on sent les gens tres portes sur l’argent et de la monotonie des paysages sur l’ensemble du pays. Je pense que sans le vouloir, on a traverse la portion la plus interessante du Kazakhstan, ou steppes et montagnes forme un beau melange. Le reste du pays est tres plat et desertique. A la longue, ca doit etre saoulant a velo, surtout sur 4000 km …  Il y a tant a voir sur cette planete, pourquoi s’emmerder dans des pays ou on vous mets des batons dans les roues ?


Franchir une frontiere chinoise … pas si facile que ca !

mercredi 3 juin 2009

Me voici a Khorgos, derniere ville chinoise avant le Kazakhstan et dont j’espere passer le poste frontiere sans encombre pour filer a toute allure a travers les steppes kazakh. Toute la Chine etant a l’heure de Pekin, il y a un decalage de 2 heures entre la province chinoise ou je suis et le Kazakhstan. Je n’arrive donc pas trop tot a la frontiere pour ne pas attendre comme un couillon. Grave erreur de debutant !

8h30 : la frontiere est saturee de monde, apres ces 3 jours de fermeture pour le 9 mai (l’armistice de la seconde guerre mondiale, fete un jour plus tard ici). Je fais une premiere queue dehors avant de rentrer dans le hall cote chinois. Tout comme les chinois, les russes et kazakhs ne savent pas faire la queue, ils doublent dans tous les sens, et parfois sont a deux doigts d’en venir aux mains … Je ne suis pas particulierement presse donc je progresse sans trop m’enerver, mais en rappelant quand meme a certaines personnes que quand on arrive dans une file, on se met derriere et pas devant en regardant ailleurs …

Barriere franchie, j’entre dans le hall tout confiant, en me disant que le plus dur est fait. Re grave erreur de debutant ! La file pour etranger (hors chinois donc) est completement bouchee, tout le monde pousse tant qu’il peut pour passer plus vite, ils sont tous charges de colis enormes, les enfants pleurent de peur de se faire ecraser … De vrais boeufs ! Meeeeeuh ! Pas le choix, je me lance la dedans avec mon velo charge … Au bout d’une heure je n ai pas bouge et je vois bien que je n’y arriverai jamais. En discutant avec un kazakh qui prend son mal en patience, il me conseille de passer dans la file pour chinois, avec mon passeport francais et mon velo, ca devrait aller.

Je fais donc difficilement demi tour, en cassant quelques tibias (mais bon, quand personne veut faire un effort pour se pousser, faut bien faire quelque chose …) et je tombe sur un autre cyclo, Leon, anglais de 26 ans, plutot eberlue de voir ce spectacle. On tente de passer dans la file chinoise qui est pratiquement vide, et ca passe ! Ouf !

S’en suis les formalites classiques, queue, analyse du passeport pendant un bon quart d heure (c’est fou ce qu on peut planquer dans un passeport : mitraillette, tank, drogue, helicoptere … faut faire gaffe !) puis c’est la delivrance, le tampon de sortie ! Il en est pas de meme pour Leon qui se fait confisquer le passeport pendant une bonne heure. Pourquoi ? Parce que le tampon de sortie qu’il a eu en Indonesie il y a 6 mois est nouveau, les chinois ne le connaissaient pas alors ils voulaient verifier … Mais qu’est ce que ca peut leur foutre ? On quitte leur pays ! Sont completement barjo ces chinois ….

Enfin, il est pas loin de 11h, on sort du hall pour aller dans celui du Kazakhstan, eloigne de 800m. Premiere surprise : impossible de traverser ce no man’s land a velo, on est oblige de prendre le bus. Bien sur, le troupeau de ce matin attend lui aussi de prendre un de ces minivans au coffre ridicule. On comprend rapidement qu’on est pas pret de pouvoir charger nos velos (nos 2 velos suffisent a remplir le coffre du minivan) quand on voit le comportement bovin des gens en attente de franchir la frontiere …

On papote avec quelques personnes, on attend, puis Leon en a marre, il essai d’ avancer a velo. Un militaire sort, kalashnikov en main, en disant fermement de reculer. Oups, mieux vaut prendre le bus.

12h : pause dejeuner des chauffeurs de minivan jusqu a 13h30. Cool ! On continue de papoter, on est deja invite dans plusieurs coins d’Asie Centrale, les ouzbeques et kirghizes ont l’air tres accueillants ! On apprend que 3 ouzbeques se sont vu confisquer leur passeport pour 3 jours de retard dans la date de sortie, alors qu’ils etaient la le bon jour mais la frontiere etait fermee. Les douaniers chinois reclament 500Y par jour de retard, soit 150 euros pour les 3 jours ! On nage en plein delire … Les ouzbeques attendent, ils recupereront tres probablement leur passeport en fin de journee, sans rien payer. C’est toujours comme ca, soit vous payez direct et vous vous faites plumer, soit vous patienter, le temps sera toujours avec vous, leur racket est illegal, ils ne peuvent vous garder indefiniment.

Le traffic reprend, on patiente encore, puis on s’impose devant le coffre d’un minivan pour y glisser nos velos ! Ouf ! C’est bon ! Pas tout a fait encore. Le chauffeur veut nous faire payer 2 fois le prix du bus, soit disant parce qu on a des velos … Comme je m’attendais a ca, j’avais mis dans mon porte monnaie juste de quoi payer le prix normal. Il insiste plusieurs fois, on gueule un peu en lui disant que 20Y c’est le prix, on a paye, alors goooo !!!!

On franchit les 800m mais il revient a la charge a la descente du bus … Ce coup ci, je montre mon porte monnaie vide, avec un sourire sadique mais qui me vient tout naturellement, et il repart furieux. Je hais ces vautours qui nous prennent pour des liasses de billets ambulantes. Marre d’etre une vache a lait ! Qu ils aillent reclamer des sous a leurs fonctionnaires corrompus ! Et ce n’est jamais des gens dans le besoin qui vous saute dessus …

15h15 : on rentre dans le hall kazakh. Tampon d entree, carte d’immigration (une des faceties des republiques sovietiques), on nous fait passer a cote des controles de bagages, on change nos derniers yuans en tengue, monnaie kazakh, 15 min apres on est dehors !

Waouh, quelle journee de maboule ! On roule 40 km comme des sauvages, pour evacuer la tension de la journee, et on campe dans la steppe. On croise pas mal de lada sur la route, des gens accueillants et souriants, de chouettes epiceries bien achallandees, pas trop de klaxon, de retour au paradis ? Meme si en Chine je n ai pas ete explicitement oppresse, j avais toujours ce sentiment de ne jamais pouvoir aller vers les gens, de ne jamais pouvoir esperer une aide, etc … De rouler au Kazakhstan, je me suis senti libre, comme si je sortais d une cage. Vraiment etrange, mais ca fait du biiiien !

Meeeuh !

Meeeuh !

Pfiou, tout ca avant nos velos ...

Pfiou, tout ca avant nos velos ...

Un bon bivouac apres une rude journee

Un bon bivouac apres une rude journee


Passage furtif au Turkestan chinois (Xinjiang)

dimanche 17 mai 2009

Apres un peu de repos a Chengdu, mon envie de quitter la Chine au plus vite s estompe. Alors, quoi faire ? Continuer ma visite du Tibet en remontant vers le Nord et ces imposants monasteres en risquant d etre bloque par des barrages policiers, ou prendre un train pour decouvrir une autre region ? Choix cornelien, l immensite du territoire chinois est plutot frustrante. Apres de longues hesitations, je decide de me rapprocher de l Asie Centrale et donc de prendre un train en direction du Xinjiang, aussi appele Turkestan chinois, province du Nord Ouest de la Chine.

C est parti pour pas loin de 4000km en 48h de trajet sur un siege ! Parfois l etre humain fait des choix bizzares, assez incomprehensibles. Qu est qui m a fait choisir un siege plutot qu une banquette pour dormir ? Aucune idee, mais la prochaine fois je reflechirai un peu plus 😀 Les trains chinois ressemblent a nos TER francais, ce n est pas le grand luxe mais c est tres correct. Particularite rigolote : comme sur un ferry, on peut acheter un ticket pour voyager sans place assise. Autant vous dire qu en cette periode de vacances les wagons sont bondes ! (les travailleurs chinois ont 3 jours feries debut mai, ils en avaient 8 avant mais le gouvernement les trouvait trop paresseux 😉 ). Du coup, c est l occasion d assister a quelques scenes marrantes. Mes voisins sont assez sympa, toujours tres bavards en chinois, beaucoup moins en anglais (on est un bloc de 4 personnes avec une table au milieu), il y a le charcutier (simple supposition mais il a la tete du metier), au visage porcin (non Yannick, tu n as pas le visage porcin … quoique 😉 ), qui sue a longueur de journee et se nourrit de saucisses suintantes et bieres matin, midi et soir, le ouighour d une cinquantaine d annee, avec son couvre tete typique des musulmans, au visage severe mais finalement bien gentil, devorant 2 poulets cuits en une journee et un vieux chinois toujours souriant, qui n arrete pas de me proposer des ailes de poulet bouillies … C est 3 la sont de vrais carnassiers !

Autre particularite, bien lourde celle la, qui ne m etonne pas plus que ca dans ce pays de paranos : on vous demande tout le temps votre billet de train … Lors d un enieme controle, je m apercois que mon ticket a du tomber de ma poche lors d un arret dans une gare alors que je prenais l air. Du coup, sans trop me faire de souci, j explique la situation au controleur. Lui ne le voit de cet oeil. Il revient a la charge avec 2 autres controleurs et un policier. Apres 40h de trajet, ca m enerve, faut pas deconner, je leur ai montre mon ticket 6 fois, je suis le seul etranger du wagon voire du train, ils m ont bien repere …  C est parti pour le controle du passeport, les questions habituelles, etc … Avec tout le wagon qui s est regroupe autour de mon siege pour voir ce qu il se passe (ca y est, de l animation !). Apres de longues parlementations en chinois (pas de moi, vous imaginez bien :p), je pense a montrer le papier que l on m a donne pour recuperer mon velo a l arrivee. Le controleur me sort « Urumqi ? ». Ben oui, ca fait 6 fois que tu vois mon ticket, t as bien vu que j allais a Urumqi non ! Pfiou, ils me lachent la grappe apres 10 minutes … Sont vraiment barjos ces chinois …
 
L entree au Xinjiang est assez remarquable. Cette region aride est essentiellement desertique, avec l immense desert du Taklamakan au centre. De ma fenetre, j apercois pas mal de chameaux, des collines sculptees par les vents a la maniere des roses des sables, qui me rappellent enormement les bardenas espagnoles et, au loin, quelques hautes chaines de montagnes aux sommets encore enneiges. Je me delecte d avance d aller trainer ma roue dans ces paysages !
Ma halte a Urumqi, capitale de la region, immense ville chinoise classique (facile a parcourir mais bruyante et sans interet) est l occasion de faire le visa pour le Kazakhstan puis d etendre a nouveau mon visa chinois qui se termine le 12 mai, pour avoir le temps de visiter la region avant le passage au Kazakhstan. En attendant le visa  (3 jours), je parcours la ville avec Laurent, un francais qui attend aussi le visa kazah, et decouvre un peu la culture ouighour. Cette ethnie descendant des turques, musulmane, envahie plusieurs fois par les chinois, n a rien d asiatique, c est assez bluffant en Chine. Les marches sont tres animes, riche en odeurs et en couleurs, on y vend d innombrables epices, fruits secs, brochettes de mouton succulentes, grillees devant vous sur des barbecues. Voila ce qui m attend durant un mois au Xinjiang puis en Asie Centrale, j adore !

Finalement, tous mes plans tombent a l eau le jour ou je recupere le visa kazakh. Ils se sont trompes sur la date d entree dans le pays, ecrivant le 7 au lieu du 25, et du coup, mon visa commence le jour meme, pour un mois. Impossible de leur faire reconnaitre leur erreur, je dois me resigner … A ce moment, je pense encore etendre le visa chinois et passer 15 jours ici, quitte a rester moins longtemps au Kazakhstan. Mais c etait sans compter sur l extreme sympathie de mes copains du PSB. Une fois toutes les pieces necessaires fournies (photos, photocopies, formulaire, etc …), j apprends qu une extension de 15 jours me coutera le meme prix que pour 30 (bon, soit) et qu il faut compter une semaine d attente ! Il m a fallu 20 minutes a Shangrila pour la premiere extension ! la femme en discute avec son chef qui a l air vraiment tres tres con, et me sort la phrase qu il ne faut surtout pas me sortir : « money is faster ». Je recupere illico mon passeport et prepare aussitot ma fuite de ce pays qui me laissera vraiment peu de bons souvenirs … On est le 7 apres midi, je dois quitter la Chine au plus tard le 12 et je suis a 650km de la frontiere kazakh …

Apres avoir envisage de foncer tete baissee a velo, je prends finalement un bus de nuit pour Yining, a 90 km de la frontiere. J ai bien fait, la route etait assez montagneuse, souvent execrable, je n aurais jamais pu arriver a temps et ca m aurait fait mal de devoir payer une amende cote chinois … La encore, je me suis bien pris la tete avec les chauffeurs du bus et les flics chinois pendant 30 minutes, ils voulaient me faire payer un supplement pour le velo alors qu au guichet on m a affirme que c etait bon. Autant entre Kangding et Chengdu j avais reussi a ne pas payer ce supplement fictif en faisant appel a un flic, ce qui avait rendu furieux le chauffeur, autant ici, les flics se rangent du cote des chauffeurs. Que faire quand tout le monde se ligue contre moi, sinon payer et fuir au plus vite ce pays ?  Le trajet se passe sans encombre, j arrive a Yining a 7h40. Un peu grogui entre les nuits precedentes ou j ai mal dormi avec mon voisin ronfleur et cette nuit de bus, je pense me poser dans un hotel pas cher en attendant l ouverture de la frontiere lundi (fermee le week end). Je parcours la ville pendant 3h, tous les hotels me refusent. Dans le dernier, je paie pour une chambre, je commence a monter mes bagages a l etage quand le gerant me rattrape et me dit : « desole mais finalement c est pas possible, je n ai pas le droit d accueillir les etrangers ». Je remballe et prends la route de la frontiere, je camperai devant le guichet pendant 2 jours s il le faut ! Finalement, a 15 km de la frontiere, je debarque dans une petite ville ou je trouve ou dormir apres avoir bien bataille (le seul hotel que j ai trouve propose des chambres ultra cheres et comme d habitude, ils me disent que c est le seul hotel de la ville ….), aide par un chinois sympa (c est aussi rare que les eclipses solaires mais ca existe :p). Le soir, il viendra me chercher pour aller manger des brochettes et boire du cidre dans un boui boui ouighour. Super chouette !

Ce passage au Turkestan oriental aura ete tres bref et frustrant. J aurais vraiment aime decouvrir un peu plus les ouighours et leur culture. Comme pour le Tibet, les chinois sont de plus en plus nombreux et tentent de faire disparaitre toute trace de cette culture, meme si ce n est pas dit officiellement. Je vous conseille de lire la page Wikipedia sur le Xinjiang pour vous faire une idee des saloperies dont les chinois sont capables, comme les essais nucleaires massifs.
 
Apres 2 mois passes en Chine, je peux vous dire qu il faut avoir la foi en ce qu on entreprend et avoir de l energie a revendre pour ne pas etre decourage. Un bon pays pour se forger un caractere et un moral d acier, moins pour rencontrer des gens … dommage. A vrai dire, j ai passe l essentiel de ces 2 mois dans des regions ou les chinois ne sont pas l ethnie majoritaire (Tibet et Turkestan), et heureusement ! Jamais de ma vie je ne m aventurerai plus a l est, si je dois revenir un jour en Chine se sera exclusivement pour le Tibet, le Xinjiang et la mongolie interieure (autre region dit « autonome »). Peut etre que d ici la, ces regions auront recuperees leur independance. On peut toujours rever !

Prochains mois : visite de l Asie Centrale : Kazakhstan, Kirghiztan, Tadjikistan, Ouzbekistan, Turkmenistan ! Ca promet une belle aventure riche en rencontres et en paysages de reve 🙂

A bientot !


Carnet de route du Tibet

dimanche 17 mai 2009

Pour ceux que ca interesse (parce que c est long et parfois pas forcement interessant a lire), voila mon carnet de route de Dali a Chengdu. Comme il y a quelques passages memorables, je l ai mis en ligne. Parfois sous forme de note ou de phrases pas francaises (la fatigue … :p), ces recits sont sans doute bourres de fautes. Desole si ca vous fait mal aux yeux 😉

(Pour les etapes, « M.o.N » signifie « Au milieu de nulle part », ca correspond aux bivouacs).

Jour 146 / 31.03.2009 / Dali – M.o.N (dizaine de kms avant Jianchuang)

En avant pour Lijiang ! Gros p’tit déj avec le pain de mie et la confiture poire-mangue, tout en papotant avec mon pote de chambrée, un anglais de 58 ans, toujours entrain de plaisanter (mais je comprends pas toujours :p). Je le retrouverai surement dès demain à Lijiang.

Dès aujourd’hui, j’étraine la feuille de route de Fred Ferchaux. Ca rendra le trajet plus facile (j’ai les infos des cols, des points d’eau, des coins pour camper, etc …) mais pas moins passionnant, c’est sur ! Les 80 premiers kms sont pratiquement tout plat, mis à part un mini-col de +100m, dans une vallée agricole, où pas mal de monde bossent dans les champs. Dans la matinée, je sens l’aillet frais qui vient d’être récolté.

Aujourd’hui, c’est aussi ma première étape de pluie. Pas une pluie diluvienne, mais une légère bruine intermittente. Je suis content de pouvoir étrainer aussi ma veste imperméable qui joue parfaitement son rôle. Je n’ai pas trop chaud avec, elle me protège efficacement du vent et de la pluie, le top.

Après 80 km, petit arrêt repas puis j’attaque le col de la journée, +550m sur 10 km. La montée est irrégulière, avec des faux plats rapides et des portions assez raides où j’utilise fièrement mon pignon 34 dents 🙂 Pas de difficulté particulièrement pour cette montée, si tous les cols sont de ce niveau, ça devrait aller. S’en suis une descente avec quelques remontées, où je croise un groupe de gamins et leur instit (je suppose), qui deviennent tout fou en me voyant. Ils me crient « hello », « ok », se marrent tant qu’ils peuvent, courrent à côté de moi. J’adore ces moments là ! Enfin je retrouve de vrais enfants, pleins de vie. Même les adultes sont souriants, me font quelques gestes ou répondent à mes « ni hao ». Ils restent assez discrets et timides, mais rien à voir avec ma traversée du Yunnan.

Aprés quelques hésitations en voyant le ciel noir, je décide quand même de camper au milieu de la descente. Comme prévu sur la feuille de route, je trouve un coin bien discret, au milieu des pins (ou sapins, j’ai pas vérifié :p). Une fois installé, je suis surpris par un faisan qui décolle juste devant ma tente. Ca fait un de ces bruits ! Un peu plus tard, je l’entendrai repasser au dessus de ma tente. S’il y a des animaux sauvages, c’est qu’il ne doit pas y avoir beaucoup de passages humains. Chouette !

Jour 147 / 01.04.2009 / M.o.N (dizaine de kms avant Jianchuang) – Lijiang

Comme prévu, cette nuit il a plu mais ce matin je bénéficie d’une belle éclaircie me permettant de remballer les affaires au sec et de profiter de la vue dans la vallée.

Je termine la descente vers un village qui fait plutôt petite ville, très allongé le long de la route puis file vers Jianshuang sous la pluie. Cette fois, il pleut assez fort, je prends donc une soupe revigorante à Jinshuang pendant que 2 dames chinoises me font la conversation. Elles s’inquiètent pour ma santé avec ce temps, mais je les rassure en leur montrant mon équipement.

Bien réchauffé, je file vers Lijiang mais surtout vers un col à prés de 3000m. Il pleut encore mais il ne fait pas trop froid. La route est relativement plate, elle m’amène à 2400m au début du col. Au croisement, tout droit Shangrila par une belle route, à gauche Lijiang par une voie apparemment bloquée, qui serpente au milieu des batiments désaffectés. Hum ? C’est bien par là ? Je demande à une vieille dame qui me confirme que oui, énergiquement.

En route pour une belle montée jusqu’à 2975m ! Dès le début, je ressens les effets de l’altitude, j’ai le souffle un peu court, mais je monte. Désormais, le brouillard est bien présent si bien que je ne vois plus grand chose, tout juste à 10m devant moi … En revanche, personne sur la route, un régal ! Seul pendant 2h dans un brouillard poisseux et sous la pluie, ambiance fin du monde garantie ! Tout prés du col, le brouillard se dissipe et me voilà quelques années en arrière, en Ecosse en plein hiver. De longues étendues rousses et blondes, une végétation assez rase, suis-je vraiment à 3000m ? Je serai encore plus bluffé en voyant une dizaine de paysans, cultiver d’immense champs. Vraiment rien à voir avec les 3OOOm pyrénéens !

Comme cadeau de bienvenue, 3 chiens me foncent dessus. Un bon entrainement pour plus tard. Je saute du vélo, me planque derrière et crie de toute mes forces « couché ! ». Les 2 plus gros sont calmés, mais comme souvent, il reste le petit casse couille qui va rameuter tous les chiens du coin. Quelques cris supplémentaires en levant le bras un caillou à la main et il ne bouge plus. Il continuera à aboyer pendant un bon km.

Le ciel est un peu trop chargé pour que j’apercoive la chaine de montagne entourant Lijiang mais je me fait quand même plaisir dans la descente. Ca file jusqu’à Lijiang où aprés 1h à chercher un hotel pas trop cher, je tombe sur David, le vieil anglais rencontré à Dali. Il m’accompagne à l’AJ (auberge de jeunesse) où je prends la carte internationale à moindre frais, permettant d’avoir un prix réduit pour chaque nuit dans une AJ officielle du monde. Cela me sera utile pour la suite, surtout en Europe !

Jour 148 / 02.04.2009 – 03.04.2009 / Lijiang

Comme d’hab, promenade dans la vieille ville, très mignonne et vraiment bien restaurée. C’est évidemment ultra touristique mais comme ce sont en très grande majorité des touristes chinois, je n’y vois que du feu. Et puis la ville est tellement charmante que cela ne me dérange pas du tout.

Tentative d’extension de visa au PSB, pas possible. Comme à Xiaguan, je dois la demander 3 jours avant l’expiration du visa … Cela me laisse le temps d’arriver à Shangrila du coup.

J’hésite à m’équiper un peu mieux pour la pluie et le froid mais je n’arrive pas à connaitre la réelle qualité des produits que je vois, ce sont tous des copies de grandes marques telles que North Face ou Columbia. Je préfère ne rien prendre que de me trimballer du matos merdique qui va m’encombrer. Je me contente donc de 2 paires de chaussettes épaisses, pour l’aprés-vélo. Advienne que pourra !

J’avais prévu d’explorer la zone vers le Yulong Snow Moutain que j’aperçois de Lijiang, sublime sommet enneigé du haut de ses 5500m, mais il faut payer 120 Yuans (15€) pour rentrer dans la zone. Etant contre le principe de faire payer l’accés à des sites naturels, surtout quand le droit d’entrée finit dans la poche de quelques corrompus, je me contente de l’observer d’ici.

J’aurais probablement pu ne rester qu’un seul jour à Lijiang mais j’ai le temps pour rejoindre Shangrila (visa oblige), j’en ai donc profiter pour lire la notice de mon appareil photo. C’est fou ce qu’on peut apprendre d’un manuel 😀

Jour 149 / 04.04.2009 / Lijiang – Qiaotou

Un p’tit peu la flemme de partir, j’aimais bien la compagnie de David, des filles de l’AJ et de leur petit chien toujours entrain de vouloir jouer (pour le plus grand malheur de ces deux potes adultes). Mais bon, une longue route m’attend encore.

Je galère pour sortir de la ville, seules les rues sont indiquées sur les panneaux. Aprés quelques kilomètres, j’arrive à récupérer la route par laquelle je suis arrivé. Ce coup ci, je continue tout droit au croisement, direction Zhongdian. Je motive des jeunes pour qu’ils pédalent au lieu de pousser les vélos et hop, ils me suivent presque jusqu’en haut ! On papote un peu.

Du haut du col, je vois toujours le Yulong Snow Moutain, tout enneigé et dans les nuages. La descente est superbe, avec de belles vues sur les eaux turquoisees du Mékong et sur le pic enneigé. Dommage que le temps soit nuageux.

Ca descend très longtemps puis une route up and down m’amène à Qiatou, en longeant le Mékong. Ici c’est le début des gorges, je dois m’acquitter de 50 Yuans. Je me pose à la première guesthouse en vue, Jane’s GH, 10 Yuans, pas cher. Le (ou la, je ne sais pas trop) gérant est sympa mais un peu collant, il aime bien me toucher …

Jour 150 / 05.04.2009 / Qiaotou – Walnut grove

Pfiou, il pleut encore aujourd’hui … Je m’étais posé à Qiaotou pensant profiter au max des gorges aujourd’hui mais c’est raté. Je traine au lit espérant une amélioration mais à 10h je me décide de décoller, au moins jusqu’au début du col. Je prends le p’tit déj avec ces demoiselles dont une qui à l’air de se prendre un saxo par le gérant (mais en chinois, donc je ne comprends pas grand chose). Au menu, pain et thé tibétain (thé avec du lait salé). Je reste papoter un peu vu que ça fait plaisir au gérant puis je file quand même à 11h, sous une légère bruine. Il m’a filé  des mandarines, des noix de cajous et d’autres trucs à manger, super gentil. Son chien par contre est super casse couille depuis hier, toujours à courir dans mes pattes, j’ai bien envie de l’envoyer valser dans le Mékong …

La route est bien sympa, d’abord assez fréquentée par des gros bus puis rapidement elle devient étroite, empêchant au gros bus de continuer ! Génial ! Elle est plutôt en bon état, avec quelques passages en piste mais rien de méchant. Cela monte pratiquement non stop pendant 20km pour arriver à Walnut Grove. Je prends bien le temps d’observer les gorges, de plus en plus haut, c’est bien sympa.

Comme je suis parti tard et que le temps n’est pas encore terrible, je me pose à Walnut Grove, aprés seulement 23 km. J’espère toujours pouvoir profiter d’un super temps demain. S’il pleut toujours, tant pis, je fonce vers Shangrila. Je suis au pied du col de 22km pour 1100m de dénivelé positif. Il va falloir avoir la pêche demain matin !

Soirée super sympa, j’ai discuté pendant 2 bonnes heures avec un américain aux airs irlandais (roux avec un bonnet vert) qui vit quelques mois à Shangrila et qui a énormément voyagé, notamment au Tibet. aux Etats Unis, il bosse dans une communauté de 7 personnes qui s’intéressent à tout ce qui touche à l’environnement et à la production de legumes bio.

Jour 151 / 06.04.2009 / Walnut grove – Bashuitai

Oh non ! Il pleut encore à 7h30 … Tant pis, il faut quand même que j’avance, je ne vais pas rester éternellement à attendre le soleil. Un p’tit déj à la GH en papotant avec les autres touristes (dont 2 norvégiens qui font un tour de malade en 2 semaines : Shangrila – Lijiang – Chengdu – Xining – Lhassa – Pékin, le tout en train/avion sans trop se poser de questions … Ca doit faire 10.000 km facile …) puis j’attaque cette longue route, au sec, la pluie s’étant arrêtée.

Je croise rapidement une fille de la GH qui rejoint Bashuitai à cheval. Je me demande bien par où vu la profondeur des gorges et les falaises plutôt escarpées cela risque d’être majoritairement par la route. Très rapidement, je vois les rayons du soleil qui viennent se refléter ça et là, dans une végétation encore toute humide aprés une belle nuit de pluie. Plus j’approche de la fin des gorges, plus je le devine. Ca y est, il est là ! Le soleil m’irradie de sa douce chaleur alors qu’il flotte dans un pur ciel bleu ! Waouh, c’est parti pour une journée de folie !

Toute la journée, les décors sont d’une beauté à couper le souffle (alors que j’en ai bien besoin :p). Dès la sortie des gorges, je me retrouve dans un plateau aride, aux couleurs rousses, bordé par des pics abrupts à plus de 4000m et toujours surveillé par le Yulong Xueshan et le Haba Shan, tout 2 majestueux dans leur belle robe blanche. Un seul mot me revient sans cesse à la bouche : waouh !

J’attaque la montée du col tout feu tout flamme, en tee shirt, profitant à chaque instant de ce beau temps. La montée n’est pas si rude que je le pensais, mais quand même bien longue. Le passage dans la vallée suivante me livre de nouveaux paysages, toujours aussi purs et aériens. La profondeur et l’immensité des vallées donnent le vertige sur cette route en corniche !

Aprés une brève descente de quelques kms jusqu’au village d’Haba, je dois regagner aussitôt l’altitude perdue pour franchir un second col. Le vent s’engouffrant dans cette vallée est assez fougeux, quand je le prends de plein fouet en sortant d’un virage, il me freine net ! En montagne, la puissance des éléments de la Nature est démesurée. L’eau dévale les falaises à une vitesse vertigineuse pendant que le vent se joue de vous avec une facilité déconcertante.

Ce second col est le début d’une longue descente vers Bashuitai, encore un moment magique. Les mots viennent difficilement devant de tels décors mais les émotions sont bien là. Je suis aux anges ! Les jambes commencent quand même à donner quelques signes de fatigue, alors aprés avoir manger un bout, je reste dormir à Bashuitai, aprés 70km de route, principalement de montées.

Quelle belle journée !

Jour 152 / 07.04.2009 / Bashuitai – M.o.N

En me réveillant, j’ai peur d’entendre la pluie … mais une fois la porte ouverte, j’ai droit à un bon levé de soleil sur les monts enneigés, et un super beau temps ! J’avale un plat de riz, je papote un peu avec de jeunes touristes chinois plutôt sympas et par à l’attaque des nombreux cols de la journée.

Le premier m’amène de 2380m à 2910m sur 16km. Montée agréable au sein d’une vallée boisée (comme toute la journée). Puis je redescend de 200m pour les remonter de suite. C’est parfois difficile de redescendre pour remonter mais c’est la loi de la montagne. S’en suis une bonne descente, un peu trop raide, qui m’amène à 2570m alors que je dois remonter à 3410m !

Le soleil est bien là, je commence à avoir les bras un peu rosé. Hop la crème solaire, j’avale une tasse de nouilles instantanées et à l’attaque ! Montée assez rude, avec de bons pourcentages, mais j’y arrive et j’en suis tout content. Je passe un col qui est 200m plus haut que le Vignemale (plus haut sommet pyreneen francais), c’est quand même énorme ! Je redescend de plus belle jusqu’à un petit village où je peux manger une bonne assiette de riz, j’en avais bien besoin ! Comme j’ai absolument envie de camper dans cet environnement, je commence la montée du dernier col avant Shangrila, qui va jusqu’à 3570m. Je m’arrête à 3330m où je trouve un coin agréable pour camper, avec vu sur les pics enneigés. Il est quand même visible de la route mais je ne pense pas que l’on vienne m’embeter.

A part ça, ben je vais voir si je suis suffisamment équipé pour passer une nuit à plus de 3000m vu qu’il me faudra en passer à plus de 4000 :p

Jour 153 / 08.04.2009 / M.o.N – Shangrila

Nuit plutôt fraiche et légèrement délirante, probablement l’altitude. Je suis pas mécontent de voir le soleil apparaître. Malin comme je suis, je n’ai pratiquement plus d’eau et rien à manger à part des soupes instantannées. Alors je pli bagage et j’entame la fin du col, étape qui me semble être une formalité aujourd’hui.

Ca monte tranquille, réchauffé par le soleil, je suis tout content. A l’approche du col, le vent se met à souffler assez fort et je ressens les effets de l’altitude, j’ai du mal à avancer et le souffle court. Pfiou, dur dur ! La descente est du même acabi : vent de face, mains congelées, ça rigole moins … J’ai quand même le privilège de voir les premiers yaks et les chiens de troupeau, aussi gros que les patous, ça calme !

Je longe une route bondée de maisons tibétaines, très massives. Je croise quelques paysans, tibétains ou chinois, je ne sais pas, toujours est il que je comprends très rapidement que la vie est rude ici. Cultiver une terre à plus de 3000m, avec le climat qui va avec et les outils rudimentaires, c’est pas rigolo tous les jours.

J’aperçois les premiers chevaux des vents, ces célèbres ribambelles de morceaux de tissus colorés que l’on retrouve beaucoup au Tibet, principalement en haut des cols. Dans le même esprit, les paysans et leurs troupeaux portent des décorations. Les yaks « chef » (je suppose) portent des espèces de tresses, les chiens de beaux colliers colorés et les humains, des tenues qu’on croieraient de cérémonies.

Au bout de 20 km, je tombe au beau milieu de nulle part, sur un village tibétain éco-touristique authentique unique au monde, en carton pate, avec des chinois qui jouent aux tibétains. C’est l’occasion de manger des nouilles instantannées récupérér de l’eau chaude et un yaourt bien frais ! Pfiou, ça fait du bien ! Mais bon, je ne m’attarde pas trop sur scène, je continue la route. Pas facile mais aprés quelques pauses lait chaud, j’arrive à Shangrila, où je trouve une GH déserte au fin fond de la vieille ville.

Jour 154-156 / 09.04.2009 – 11.04.2009 / Shangrila

Pas grand chose de special : equipement pour le froid, courses, velo, glandouille.

Je rencontre Marco, un vrai italien tres expressif, tenant un bon resto et qui m aide a chercher un sac de couchage. Apres plusieurs coups de fil, impossible d en trouver un a Shangrila … Tant pis, je vais voir Kevin, un ami a lui, americain tout aussi expressif, qui tient un magasin d equipement outdoor, velo, moto, etc … Super sympa, il me vend un de ses sacs a viande en polaire personnel (le terme « sac a viande » designe un sac fin, souvent en coton ou soie, que l on insere dans un sac de couchage pour gagner quelques degres) et me donne pas mal de conseils pour la route. Belles rencontres.

La suite de  la route sera peut etre delicate, le Sishuan est ferme aux touristes, va falloir la jouer fine.

Jour 157 / 12.04.2009 / Shangrila – M.o.N

Ca y est, je quitte Shangrila ! je me prepare tranquillou, je n ai que 70km a faire aujourd’hui, avec pas mal de descente. Je vais manger une soupe de nouilles fraiches, super bon ! Puis j attele le velo, avec l aide du jeune gerant. Meme s il ne parlait pas anglais, je commencais un peu a m attacher a ces lieux, avec les 2 chiens bien sympas aussi.

Route tranquille dans une vallee boisee, belle montee, belle descente, sur du goudron. Ce n est qu au debut du premier col que la piste debute. Pas grand monde, je suis tout content, je discute avec les vaches.

Jour 158 / 13.04.2009 / M.o.N – M.o.N

Nuit relativement bonne, un peu humide, en me levant je vois du givre sur la tente. Petit dej avec le rechaud qui tousse puis je me recouche pour me rechauffer, en attendant le soleil. J ai prevu d atteindre le debut du col 4326m et de monter un peu.

Mais avant ca, il faut finir la grimpette jusqu au col 3915m ! Belle route en lacets, qui monte gentillement, sous un beau soleil. Comme d hab, des que j atteins une nouvelle altitude, je commence a peiner, mais je franchis le fameux col et passe sous les drapeaux tibetains. Belle vue dans la nouvelle vallee, je file sur une piste en preparation de goudronnage jusqu au hameau ou je mange. Je ne sais pas si c est la brusque descente mais j ai chaud a la tete et suis bien fatigue.

Je continue la route dans la vallee pour rejoindre le debut du col. Je tombe sur un petit hotel tibetain ou je m installe et dors comme une enclume.

Jour 159 / 14.04.2009 / M.o.N – XiangCheng

Bonne nuit bien au chaud, bon ptit dej a cote de la famille tibetaine (eux mangent tsampa et the au beurre de yak) et zou ! a l assaut du col ! Le debut est dur, j ai  les jambes lourdes, mais des qu elles sont chaudes, j avance ! Montee bien  longue (22 km) mais superbe, au coeur d une vallee boisee ou meme les arbres sont poilus tels les yaks. Passage du col sous les drapeaux tibetains attaches a un stupa et je mange un bout a cote de blocs de glace. Courte descente puis dents de scie interminables entre 4000 et 4200m pour atteindre le col suivant a 4200m. Qu il m aura donne de la peine celui la ! Une fois franchi superbe descente au milieu de paysages enneiges puis aux couleurs automnales avec en vue le fond de la vallee et la suite de la route. Waouh !

S en suis une nouvelle montee en corniche, moins sournoise  puisqu en 5 km, je passe de 3600 a 3800m. dernier col franchi, vue a couper le souffle ! 1200m plus bas, la vallee de Xiangcheng avec ses belles demeures tibetaines eparpillees dans une vegetation verdoyante, domine majestueusement par quelques pics enneiges. Descente d anthologie de 26 km pendant 1h ! Le bonheur !

Quelques dents de scie a 2600m pour rejoindre Qingmai puis les 10 derniers km d ascension pour arriver a Xiangcheng. Ils seront vraiment dur, plus de force dans les jambes, mais sacree etape de fou que je referai avec le plus grand des plaisirs.

Jour 160 / 15.04.2009 / XiangCheng

Xiangcheng est un ancien village tibetain transforme en petite ville chinoise ou pullule des chinois. On se croierait dans n importe quelle ville chinoise si ce n etait le cadre et les quelques demeures tibetaines restantes. Pour detruire une culture et tente de palement l imiter a des fins touristiques, les chinois sont tres forts. Mais jamais ils ne tromperont le voyageur aguerri, un monde separe les chinois des tibetains, beau peuple fier de ses origines, le regard petillant, un sourire accueillant, une sincere humanite qui se degagent de ses boutchous aux joues rosees aussi bien que de ces femmes et hommes.

Jour 161 / 16.04.2009 / XiangCheng – M.o.N

C est parti mon kiki ! a l assaut du col 4725m ! Je pli bagage fissa et pas mecontent de quitter cet hotel crade (surtout les toilettes …) et je retourne dejeuner au meme endroit qu hier. 2 bols de lait de soja bien chaud, 7 long beignets bien gras, miam !

Les 30 premiers km sont plutot en dents de scie, un peu comme la forme. J ai pas la peche aujourd hui, les roulements de plus en plus uses n arrange rien. J arrive quand meme au debut du col ou je me pose pour manger et ecouter quelques chapitres de Candide a l ombre (j ai recemment decouvert les livres audio, c est pas mal). je somnole un peu puis me decide a repartie en plein caniar legerement vetu. Ca grimpe sec, rarement en dessous de 5% mais la forme est revenue. je roule un peu plus de 2h pour remonter a 3800m (j etais a 2760m) sur une route en corniche donnant de magnifiques vues sur la vallee. Superbe aprem !

J installe le camp au bord d une riviere et je file m y laver. Etre a poil a 3800m entrain de se laver en pleine montagne, c est genial ! Je me repose un peu, toujours en ecoutant Candide, je mange et des le soleil derrier la montagne, je vais dans la tente, toujours pret a affronter une eventuelle nuit bien froide. Je regrette un peu de ne pas avoir un bon duvet, ca m aurait permis de rester un peu plus dehors, d etre plus libre dans les itineraires. Mais pour un premier voyage, c est tres bien !

Jour 162 / 17.04.2009 / M.o.N – M.o.N

Superbe nuit ! Meme pas froid, a part vers les 5h du mat, mais pas mechant. Je pli et en avant pour la montee. 8km pas tres raide me mene dans une vallee ou je trouve des especes de bergeries en bois et terre, et d ou j apercois la suite de la montee … brrr ! Il reste un sacre morceau !

Les vues s enchainent, un vrai plaisir ! Je monte bien jusqu aux alentours de 4500m ou je commence a avoir bien du mal …. Les 5 derniers km me paraissent interminables, un bon mal de tete me prend, je ressens bien l effet kisscool de l altitude.

Je m accroche, je lutte, je garde patience. J apercois les banderolles ! J y suis ! 4725m ! Je prends quelques photos mais ne traine pas trop, j ai la tete qui va exploser … Petite descente, puis remontee progressive sur 2.5km dans un paysage lunaire, sur de la tole ondulee. Un vrai bonheur avec le mal de tete. J arrive au debut de la vraie descente vers Shangdui ! Superbe descente meme s il me tarde d etre revenu a une altitude plus supportable, 3940m, Shangdui.

Superbe village tibetain ou je ne vois pratiquement que ces maisons chateaux et quelques yaks, si on oublie le poste de police et l unique resto, chinois. Juste quand j arrive, une centaine d enfants tibetains sort de l ecole. Tres chaleureux, toujours morts de rire quand ils me voient. Un flic chinois me demande le passeport. 3 fois en 300km, on se croierait en Irak ! Je mange un bon bout puis j hesite a continuer ou rester ici. Le mal de tete a disparu pratiquement instantanement a Shangdui. Je souffle une bonne heure et me decide a rouler un peu pour camper plus loin. Bien m en prend, je trouve un petit coin de paradis bien cache, herbe fraiche, sol nickel, au bord de l eau et des montagnes. Chouette ! Premiere nuit a plus de 4000m !

Jour 163 / 18.04.2009 / M.o.N – M.o.N

Mauvaise nuit, j ai eu 2 gros coups de diarhee qui m ont force a sortir cul nu, frontale sur la tete, par 5 degres. J ai pris quelques medocs, puis vers 4/5h, j ai eu bien froid. Probablement parce que je n ai pas mange hier soir + la diarrhee.

Du coup, ce matin, je suis tout vaseux, je fixe l horizon, aguard, je n ai meme pas faim. Que faire ? Rester ici une journee en faisant un saut a Shangdui prendre quelques provisions supplementaires ? Tenter d avancer un peu plus en cette belle journee ensoleillee ?

Je dejeune en mangeant un quart d une soupe de noodle et un the sucre, donc 3 fois rien, je pli bagage et je m elance pour les 710m de denivele sur 30km.

Les 10 premier kms se passent bien, rythme super peinard mais je me sens quand meme tout vaseux, puis peu a peu, je sens mes forces me lacher … Au bout de 18km, stop ! Je pose le velo, je me trouve un coin pour me poser et je fais cuire le riz qu il me reste. A plusieurs reprises, je crois tomber dans les pommes …  Je mange 2 cuilleres et je m endors ou je me trouve, entre herbe et rochers. 30 min de sieste, je remange un peu plus de riz et je reprend la route, toujours aussi vaseux. Les jambes font tourner les pedales tant bien que mal, le souffle est court et bruyant, jusqu ou vais je pouvoir aller ? Devant moi, j ai 3 cols a 4600m, dur dur !

J ai du mal mais j en apprecie enormement les paysages lunaires et l ambiance. Seul dans ce plateau vallone, pas un bruit (sauf quelques chiens furieux mais attaches, ouf !). La neige commence a tomber tres legerement. Apres dure lutte, je franchis le premier col. Cela me donne un coup de boost impressionnant. Bon, je n attaque pas le second col a 35 km/h, grand plateau a la Armstrong, mais je me sens mieux. Le second col est une formalite, je redescend de 75m pour en remonter 35. S en suis une superbe descente me menant sur un autre plateau immense, avec une seule maison tibetaine au bord de la route. J y rencontre 2 gamins super jovial et souriants. Puis apparait devant moi le TuerShan, col a 4650m, soit 265m plus haut que ma position actuelle. J en vois les lacets qui me font fremir mais je sais que derriere le col c est une descente sur 30 km ! La montee est dure, de nombreuses pauses bonbons et eau, mais j y arrive ! J en hurle de joie ! J etais comme un zombie ce matin mais j ai reussi a aller chercher l energie au fond de moi pour y arriver !

C est parti pour une splendide descente, dans une vallee glaciaire, puis a travers un immense plateau type grand canyon. A un moment, je traverse un troupeau de yaks au milieu de la route. Je fais pas le malin ! C a l air tres doux mais de belles cornes aussi !

La traversee du plateau est prodigieuse, de nombreux troupeaux paissent jusqu a l infini, les nuages tachetent d ombres les montagnes erodees et arides, et une route de 4/5 km traverse tout ca en ligne droite. Fabuleux !

Ici, les chiens ne sont pas attaches, certains arrivent ventre a terre, lances a toute allure, ca fout la trouille ! Je me jette du velo que je mets entre le chien et moi, un cri animal du fond des tripes et ils se cassent. Pas temeraires et heureusement !

Apres un raidillion sorti de nulle part, j arrive dans la vallee de Jiawa. Toujours une splendeur, avec quelques maisons tibetaines dispersees, les collines ocres, des petits canyons. Trop beau !

Arret checkpoint police, puis je passe le village de Jiawa pour aller camper quelques km plus loin.

Ces derniers kms sont assez ereintants mais je trouve un coin pas trop mal. Encore une journee de folie ! Quel magnifique Tibet !

Jour 164 / 19.04.2009 / M.o.N – Litang

Grasse mat’ jusqu a 8h30 puis en dejeunant, un voisin tibetain vient me rendre visite. Il est bien curieux et inspecte tout ce qui depasse de la tente. Il est venu chercher des petits sapins pour les replanter ailleurs. J apprends mon premier mot tibetain. « tachidele » qui veut dire bonjour, bonne chance, etc … Un mot bien sympathique. C est la dessus qu on se quitte, au bord de la  route vers Litang. Fin d ascension pas difficile mais un peu fatiguante pour les jambes qui sont a 2 doigts de faire greve. J arrive a la fameuse ‘ShagaShan’, montagne sacree pratiquement recouverte de banderolles. Un bout de papier vient finir sa course contre ma roue, je le garde en souvenir.

Belle descente qui me mene sur l immense plateau de Litang, que j apercois au loin, a 10 km. Fin d etape en roue libre, tranquillou. J y croise un chinois en panne a velo, les rayons tous torsades, les pneus recousus au fil de fer et une entaille de 5 cm dans la chambre a air arriere. Waouh ! Il ne se demonte pas et se fait une enorme rustine avec une seconde chambre a air, elle aussi dans le pneu !

A Litang, concert de klaxons, poussiere, bruits … Que ca fait mal apres ces quelques jours dans la montagne …

Jour 165 – 166 / 20.04.2009 – 21.04.2009 / Litang

De belles maisons tibetaines, un ‘quartier’ tibetain, vivant mais calme, un beau monastere en travaux et des gros cons de chinois. Pas possible de prendre un bus pour Kangding vu que je suis un laowai (etranger), alors en route a velo !

Jour 167 / 22.04.2009 / Litang – M.o.N

Apres 2 jours de repos, je retrouve mon velo pour rouler vers Yajiang puis Kangding. Ca fait un bien fou ! Je quitte Litang, sans heure ni compteur, a l attaque du premier col de la journee : 6% sur 7km ! En fait, la journee sera assez facile, malgre le relief, tous les decors sont beaux. Paysages lunaires, monts tout peles entierement deforestes. De nombreux ‘tachidele’ me motiveront.

Apres 75km de route, je trouve un bon coin de bivouac entre 2 cols. Demain ca devrait etre pepere jusqu a Yajiang.

Jour 168 / 23.04.2009 / M.o.N – M.o.N

Beau lever de soleil de ma tente mais difficile de sortir du lit ! Debut difficile, ca grimpe pas mal pendant 30km avec quelques descentes malgre tout. Aujourd hui, j ai dit plus d insanites envers les chinois que dans toute ma vie … Leurs coups de klaxon incessants et leur maniere de conduire me rendent fou !

Belle descente de 36km / 1200m de denivele pour arriver a Yajiang, coincee entre 2 cols a plus de 4000m. J y mange et essai de prendre un bus jusqu a Kangding. Pas de gros bus mais un minivan pour 50 euros. Un bon eclat de rire que le chauffeur ne comprend pas et je continue a velo. Faux plat de 24 km puis debut du col sur 10 km, pour un bon bivouac discret. Demain, rude journee jusqu a Kangding mais je peux le faire !

Dans les vallees boisees, les couleurs d automnes sont belles.

Jour 169 / 24.04.2009 / M.o.N – M.o.N

Belle nuit, j attaque ce rude morceau de col en pleine forme, 6% sur 13 km ! Je mouline pepere sans notion de temps ni de distance, je n ai plus de compteur. Et finalement, c est pas plus mal ! Au bas du col, j apercois tous les lacets jusqu au sommet ! Mais comment vais je monter la haut ?? A vrai dire, on ne se rend pas compte a quel point on prend vite de l altitude meme a 5-6 km/h. Rapidement, on se retrouve perche sur de hauts lacets et on contemple la vallee en disant : ‘waouh ! il y a une heure j etais la bas !’.

Montee spectaculaire qui m a bien plu. S en suis un peu de faux plat descendant puis … un autre col ! Aie, c etait pas prevu ca ! Finalement, pas mechant, peut etre 100m sur 2 km, puis c est le sommet. Quelle vue ! Du haut du col, j apercois tout au loin la chaine enneigee du Gongga Shan, culminant a 7556m ! Cela me laisse bouche bee ! Puis c est parti pour une descente de 1000m de denivele jusqu a Xinduqiao. Sur la fin, la route devient mauvaise, du caillou broye sur une piste gondolee. Je mange un bout a Xinduqiao ou je me fait presque engueuler parce que je n ai pas compris la somme en chinois. he ho papi ! calmos un peu ! Je me casse de cet endroit malsain, a l attaque d une piste horrible ! Le remake d il y a un mois ! C est plat, j avance comme un escargot, mais j avance. Quelques chiens viennent jouer a qui va mordre les mollets en premier mais ils font vite demi tour. J avoue que caillasser ces chiens est un bon moyen d evacuer la rage envers les chinois que j ai en moi. Enfin, heureusement pour eux je les rate avec mes cailloux de 3 kg …

Sans aucune info de distance, je ne sait plus trop ou j en suis. Kangding ce ne sera pas pour ce soir, la route est bien trop pourrie. Mais je lutte pour avancer le plus possible, une rage profonde de quitter ce pays au plus vite me donne une energie folle !

Pres d un ruisseau, alors que le vent de face n a fait que forcir depuis Xinduqiao, je n ai plus de force … Je pousse le velo pendant quelques kms puis je cede, je camperai ici, a la vue de tous, et tant pis pour la police, je saurai les accueillir ! (le camping sauvage est interdit en Chine, sauf en prevenant la police des endroits ou on campe …).

Je m installe et 10 minutes apres, grosse tempete et averse de grele  ! J ai eu du flair sur ce coup la !

Jour 170 / 25.04.2009 / M.o.N – Kangding

Nuit appocalyptique ! Orage furieux, innombrables eclairs, pluie, vents violents ! Bon test pour la tente, elle resiste 🙂 Mais je ne faisais pas le malin … Cela  m a rappele une nuit irlandaise sur un terrain de rugby 😀 Je ne traine pas trop pour arriver tot a Kangding.

La route pourrie qui ne devait durer que 43 km durera … jusqu a 5 km avant Kangding !

J arrive au debut de la veritable montee pour ce dernier col tibetain. Il est sous la neige, dans le brouillard et un bon vent de face en protege l acces. Meme pas peur, j attaque cette rude montee dans un merdier sans nom … Le froid me saisit, le manque d energie m assome … Waouh, c est rude !

Apres une dure lutte, j arrive en haut et j attaque la descente. Un vrai bourbier ! Le goudron a completement disparu, laissant place a un champ de guerre, de la boue partout, de grosses ornieres … tout ca dans le froid et le brouillard. La moitie des vehicules montant sont en panne. Des bus sont coinces au bord de la route, le regard frigorifie des touristes chinois contraste avec mon etrange surexcitation a descendre a fond la caisse ce parcours du combattant. Je double tout le monde, fait quelques sauts involontaire, je me sens voler sur ce terrain pourri, invicible a la chute ! Je me fais quelques frayeurs mais je rigole bien. je klaxonne en hurlant « TUUUUUT » a chaque vitre ouverte, et je continue, hilare, ma chevauchee. L effet de l altitude ? Je ne sais pas mais je me suis bien eclate !

A Kangding je met une heure a trouver un lit, tous les hotels sont complets ou ne veulent pas d etranger … J ai reussi a acheter un ticket de bus pour Chengdu, mon evasion est proche !

Jour 171 / 26.04.2009 / Kangding – Chengdu

Je file rapido a la station de bus pour etre sur de pouvoir mettre le velo dans la soute. Pas de souci, il y a de la place. Comme je m y attendais, le chauffeur essai de me raqueter de quelques euros alors qu il m a regarde les mains dans les poches, lutter seul pour glisser le velo en soute. J appelle un des flics de la station et tout rentre dans l ordre, je monte dans le bus sans supplement a payer alors que le chauffeur s en va, furieux. Le trajet se passe bien, mais arrive a Chengdu, le chauffeur se venge, il me balance velo et bagages sur un trottoir. Je l engueule comme il se doit mais il s en fout … Qu est ce qu’ils peuvent etre cons ces chinois …

Chengdu est une immense ville de 4 millions d habitants .. Ca va etre dur de trouver l auberge de jeunesse. Par chance, en deconnant avec tout le monde (c est mon jeu favori, discuter avec tous les chinois que je croise mais en francais, ils ne comprennent rien, ca me fait bien rire :D), je rencontre 2 jeunes etudiants en roller qui parlent anglais. Ils m amenent gentillement a l auberge. Premiers chinois sympas que je rencontre en 1 mois et demi de voyage ! Waouh, ca se fete !


Tachidele !

mardi 5 mai 2009

En voilà un mot merveilleux. Il veut à la fois dire bonjour, bon courage, bonne route, le « que la force soit avec toi » tibétain, que l’on ne cesse de me crier le long des routes ou dans les villages, et qui me propulse sur la route tel un ouragan de joie de vivre. Quel beau peuple ! Dans chaque village, les enfants courrent dans tous les sens en rigolant, certains viennent me pousser dans les côtes quand ils voient que j’ai du mal, ils débordent de joie de vivre, avec leurs belles petites frimousses aux joues rosées, la morve au nez et le sourire sur les lèvres.

Les adultes ont ce regard fier et pleins de courage, signe d’un peuple qui, malgré son extrême minorité face à l’envahisseur, ne se laissera jamais marcher sur les pieds. Les anciens laissent transparaitre une vie difficile, de dur labeur dans des champs perchés à plus de 3000m, à affronter un climat rude avec les moyens du bord.

La couleur est omniprésente au Tibet, que ce soit dans les vêtements traditionnels, sur les maisons ou dans les nombreuses farandoles de bouts de tissus imprimés de prières, suspendues aux montagnes sacrées, aux monastères, aux stupas et même en haut des cols.

Au Tibet, tout est démesuré. Les montagnes n’en finissent plus de grimper dans les nuages, les routes ne sont que longues montées panoramiques puis descentes vertigineuses, les demeures feraient pâlir de jalousie les châteaux du moyen âge par leur grandeur et leur solidité, les yaks impressionnent autant que les chiens de troupeaux, aussi imposants que les patous des Pyrénées ! Sans parler du coeur des tibétains et de la beauté de la Nature, qui m’ont particulièrement ému pendant cette traversée.

Difficile que d’exprimer ses émotions à travers des mots et des images. Quelques soit mes efforts pour approcher au plus prés de la réalité, ils ne remplaceront jamais un voyage dans cette contrée. Venez juger par vous meme 😉

Cette traversee m a progressivement amene au coeur de hautes montagnes a plus de 4000m (4725m pour le col le plus haut), etonnement boisees sur la premiere portion du parcours, puis plus minerales par la suite et enfin totalement deforestees sur la fin. Ce fut court une (vingaine de jours) mais intense, chaque franchissement de col me laissant entrevoir un spectacle de plus en plus grandiose, les effets divers de l altitude venant pimenter le tout. J ai beaucoup aime etre la plupart du temps tout seul perdu dans cette immensite, a pouvoir bivouacquer presque n importe ou, meme si du coup, je n ai rencontre que peu de tibetains. Le visa chinois etant tres court compare a la taille du pays, je serai contraint de revenir pour approfondir la visite de ce magnifique Tibet. Dur dur la vie 😉

Une fois n est pas coutume, je me suis arrache les cheveux pendant plusieurs jours pour arriver a vous concocter une video. J espere que vous l apprecierez 😀

Apres ces quelques mots sur le Tibet, je ne peux vous quitter sans vous faire partager une de mes citations preferees du Dalai Lama, toujours simples mais tellement vraies.

Les Hommes …

Parce qu’ils perdent la santé pour accumuler de l’argent,
ensuite, ils perdent de l’argent pour retrouver la santé.

Et à penser anxieusement au futur,
ils oublient le présent de telle manière qu’ils finissent par non vivre, ni le présent, ni le futur.


Ils vivent comme si ils n’allaient jamais mourir…
Et meurent comme si ils n’avaient jamais vécu.

A mediter 😉


Mise a jour du blog …

mardi 5 mai 2009

Desole pour les millions de lecteurs qui suivent ce blog (ah, on me souffle milliards dans l oreillette !) mais dorenavant les articles seront plus rares et plus concis. Cela me prend pas mal de temps de penser a des articles qui ne soient pas trop chiants a lire, et malgre toutes les belles choses que je vois, je reste parfois scotche devant l ecran a ne pas trop savoir quoi ecrire, par quel bout commencer.

La mise a jour sera donc moins reguliere, en fonction de l inspiration du moment ! Ne vous inquietez donc pas si vous n avez plus de nouvelles pendant plusieurs semaines/mois/annees/siecles (rayez les mentions inutiles).

A bientot !